Les fonctions de l’entrepreneur général

 
 
 Entrepreneur général, plus une fonction qu’un métier

Patrice Dresse est directeur général du cluster « Gros œuvre et Entreprise générale » de la Confédération Construction et le nouveau directeur de la Fédération des entrepreneurs généraux de construction (FEGC). Avec son franc-parler habituel, il nous présente le rôle de l’entrepreneur général, une profession mal connue et confrontée à de sérieux enjeux.

Comment fonctionne le cluster « Gros œuvre et Entreprise générale » ?

Ce cluster rassemble plusieurs métiers au niveau fédéral : les entrepreneurs généraux, les entrepreneurs de gros œuvre en bâtiment, les entrepreneurs de travaux ferroviaires, les développeurs constructeurs de logements, l’union des constructions industrielles, Fedbeton… L’objectif est de collectiviser les moyens pour créer de la valeur ajoutée, chacun gardant son autonomie de décision. On pourrait croire que dans notre pays, le mouvement est centrifuge et pourtant, les entrepreneurs généraux de la construction, tout en restant attachés à leur association locale, sont souvent plurirégionaux.

Qu’est-ce qu’un entrepreneur général de construction ?

Contrairement à des professions comme vitrier, maçon, bétonneur, chauffagiste… être entrepreneur général n’est pas un métier, c’est une fonction. Les entrepreneurs généraux sont en quelque sorte les exécuteurs de ce que les architectes ont mis sur papier. Le chef d’orchestre du chantier, c’est l’entrepreneur général. C’est lui qui va établir le lien entre les corps de métier. Etant généralement responsable du gros œuvre (maçonnerie, fondations…), il va coordonner les autres partenaires de l’acte de construire et rénover à savoir les professionnels du parachèvement et des techniques spéciales. Il s’agit vraiment d’un rôle à haute valeur ajoutée car c’est lui qui prend le risque, qui offre la garantie décennale par rapport à la stabilité de l’ouvrage qu’il va mettre en œuvre et la bonne exécution.

La FEGC compte environ 5.000 membres. A l’exception des Big Sixties, c’est-à-dire les soixante plus grands entrepreneurs de construction en Belgique qui sont exclusivement entrepreneurs généraux principaux, sur nos 5.000 membres, 85 % occupent moins de dix travailleurs et ne travaillent pas à 100 % comme entrepreneur général.

Le candidat bâtisseur est-il obligé de faire appel à un entrepreneur général ?

Non, il peut travailler par lots séparés. Dans ce cas, il lui faut coordonner tous les métiers et il ne bénéficie pas de la garantie décennale. N’oublions pas que l’art de construire n’est pas une science exacte, et encore davantage un puzzle et une source de conflits dans le cas d’allotissement mais évidemment, cette procédure peut apparaître comme coûtant moins cher.

Quels sont les enjeux du secteur ?

Nous vivons une révolution. Je pèse mes mots car il ne s’agit pas d’évolution. Le législateur, surtout au niveau régional, a fixé la barre très haut en matière de politique énergétique du bâtiment. Nous avions jusqu’à présent des exigences d’étanchéité à l’eau, acoustique, aujourd’hui, on met en avant la problématique de la déperdition d’énergie et d’étanchéité à l’air. Au 1er janvier 2015 en Région bruxelloise seront appliquées les nouvelles exigences en matière de bâtiment passif. Cela concerne toutes les nouvelles constructions et les rénovations lourdes. Les autres régions ont d’autres objectifs. Comment y arriver ? Les défis sont gigantesques. Leur coût est élevé (pouvant aller jusqu’à 15 à 25 % de plus qu’une construction normale) alors que nous sommes dans un contexte économique difficile, que les primes et les incitants économiques et fiscaux diminuent et que le prix de terrain augmente de manière vertigineuse… Comment construire des maisons à des prix abordables pour le grand nombre ? La réponse n’est pas évidente. En tout cas, cela ne sert à rien de construire des Ferrari si on n’arrive pas à les vendre.

L’enregistrement des entrepreneurs ayant été supprimé, vous mettez en garde les particuliers

Effectivement. La réglementation relative à l’enregistrement en tant qu’entrepreneur est supprimée depuis le 1er septembre 2012. Depuis sont apparus sur le marché des courtiers en travaux. Ces plateformes, qui regroupent différents métiers, n’offrent, selon nous, pas de réelle sécurité. Elles font un marketing d’enfer pour attirer des clients, surtout particuliers. Le risque est de tomber sur un homme de métier peu sérieux qui ne respecte pas les règles de l’art avec pour conséquence de ne disposer d’aucune protection en cas de problème. Nous plaidons auprès des autorités pour que, dans le cas de demande de primes ou de subsides, trois critères soient respectés : l’absence de dettes sociales, fiscales et l’accès à la profession.

par Brigitte De Wolf

 

Les Entrepreneurs en construction sont généralement divisés en deux groupes : les Entrepreneurs généraux et les Entrepreneurs spécialisés. Les Entrepreneurs généraux sont maîtres du projet et en supervisent chacune des étapes, recourant à l’aide d’Entrepreneurs spécialisés lorsque nécessaire. Les Entrepreneurs spécialisés, quant à eux, n’ont d’expertise que dans un domaine spécifique de la construction et dirigent uniquement les travaux qui sont reliés à ce dernier.

 

Ainsi, les Entrepreneurs généraux coordonnent et supervisent chacune des étapes d’un projet de construction ou rénovation, de la conception à la livraison, en s’assurant que les échéanciers et budgets soient respectés. Ils sont responsables du bon déroulement du projet et doivent, par conséquent, orchestrer chacune des activités liées à celui-ci, communiquer l’information aux différents partis et s’assurer de l’approvisionnement en ressources, en équipement et en main d’œuvre.

 

En plus de veiller à l’exécution sécuritaire et productive de chacune des tâches du chantier, les Entrepreneurs généraux doivent également assigner ces dernières à différents professionnels du domaine tels que électriciens, plombiers, chauffagistes, menuisiers, peintres, qu’ils auront préalablement sélectionnés. Afin de garantir l’accomplissement de ces différentes tâches, les Entrepreneurs en construction visitent les chantiers auxquels ils sont assignés, s’assurant ainsi que leurs équipes travaillent selon les normes et standards de qualités établis.

 
Principales responsabilités
 

Vous trouverez ci-dessous une liste non exhaustive des tâches récurrentes que les Entrepreneurs généraux doivent accomplir.

Planifier et soumettre des projets de construction, ainsi que les prévisions budgétaires qui y sont liées, puis s’assurer que chacune des étapes du projet réponde aux bordereaux établis :

    • Mettre en place des plans d’affaires mensuels et annuels et s’assurer d’y inclure les revenus et profits enregistrés;
    • Assurer la gestion des dépenses afin que celles-ci n’excèdent pas les coûts envisagés;
    • Vérifier et approuver les devis des sous-contracteurs et superviser le système de paie pour qu’ils soient rémunérés en conséquence.
      • Planifier et préparer les horaires et échéanciers, en comparant le statut du projet au calendrier préétabli :
      • Développer et tenir à jour des échéanciers de projet détaillés qui incluent chacune des étapes permettant la réalisation du projet, comme l’approvisionnement et l’installation du matériel ou la réalisation de diverses tâches administratives;
      • S’assurer que les échéances soient respectées et que les objectifs soient atteints de manière à satisfaire toutes les exigences liées au projet;
      • Rencontrer chacun des membres de l’équipe afin de mesurer le succès de chaque projet;
      • Préparer et distribuer des rapports rendant compte de l’avancement du projet afin d’informer chacun des partis impliqués des tâches réalisées, incluant celles ayant divergé de ce qui avait été prévu;
      • Repérer les modifications à effectuer et s’assurer que celles-ci soient complétées par la main-d’œuvre la plus qualifiée, et ce dans les meilleurs délais, toujours dans le but de respecter l’échéancier établi.
        • Mettre sur pied et superviser une équipe de professionnels hautement qualifiés :
        • Embaucher des sous-contracteurs et subalternes, leur assigner des tâches et superviser la réalisation de celles-ci;
        • S’assurer que chacun des membres de l’équipe est au courant des mesures de sécurité en vigueur et les applique de manière systématique;
        • S’assurer que chaque membre de l’équipe comprend et applique les procédures nécessaires au bon succès du projet;
        • S’assurer que les attentes individuelles et collectives sont satisfaites et prévenir et résoudre les différends, lorsque possible;
        • Préparer les contrats à signer par différents partis (qu’il s’agisse des professionnels embauchés, des clients ou des fournisseurs) et approuver les changements qui y sont apportés.
          • Assurer la satisfaction des clients à travers chacune des étapes du projet, qu’il s’agisse des propriétaires des lieux, des experts estimateurs et experts en sinistre ou de compagnies d’assurance :
          • Développer des programmes de contrôle de qualité;
          • Suivre de près chacun des avancements du projet pendant et après la réalisation de celui-ci afin de garantir la qualité du travail de chaque intervenant.
            • Représenter l’entreprise lors de négociations sur les contrats syndicaux ou tout autre événement nécessitant leur participation :
            • Toujours promouvoir une culture d’entreprise « d’employeur de choix », afin d’attirer, de retenir et de motiver une main-d’œuvre qualifiée;
            • Développer et entretenir des relations professionnelles durables et agir en tant que point de contact principal auprès d’estimateurs, d’assureurs et de titulaires de polices d’assurance.
              • Superviser l’achat de matériaux de construction et l’acquisition de terrains :
              • Gérer et modifier les bons de commande, ainsi que les rabais, compensations ou remboursements, lorsqu’applicables.
                • S’assurer que toutes les activités se déroulant à l’intérieur et à l’extérieur du chantier respectent les standards de construction et de sécurité en vigueur.

Tâches principales;

  • Superviser le déroulement de projets de construction, s’assurer que les exigences soient satisfaites et que les échéanciers soient respectés.
  • Préparer et distribuer des rapports rendant compte de l’avancement du projet afin d’informer chacun des partis impliqués des tâches réalisées.
  • Établir et mettre à jour les budgets en calculant les revenus et profits enregistrés.
  • Visiter le chantier afin de s’assurer que les sous-contracteurs et subalternes travaillent d’après les critères établis.
 
Autres appellations pour ce titre: Entrepreneur général en construction, Responsable de chantier, Responsable de projets de construction, Gestionnaire en construction, Gestionnaire de projets de construction, Coordonnateur de projets de construction, Directeur de la construction, Directeur de projets de construction, Directeur des travaux de construction, Entrepreneur en construction, Entrepreneur en construction domiciliaire, Entrepreneur en construction résidentielle, Constructeur, Entrepreneur en rénovation, Entrepreneur en rénovation domiciliaire, Entrepreneur en restauration domiciliaire, Entrepreneur en rénovation résidentielle, Entrepreneur en restauration résidentielle, Rénovateur, Constructeur de résidences, Entrepreneur de résidences, Surintendant de travaux de construction

Sources: Neuvoo

https://thomquin.be/projets/travaux-de-peinture-exterieures/

Aménagements extérieurs et rénovation de terrasses

Construction annexe maison Uccle

Partagez cet article

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin